Carol Picon est entrepreneurE à Sophia-Antipolis. Elle nous parle de son parcours, de ses clés de réussite et de l’ouverture du nouveau Cercle Bouge ta Boite à Sophia Antipolis.

Carol Picon dirigeante d'entreprise à Sophia Antipolis

Peux-tu nous parler de ton parcours d’entrepreneure ?

Je m’appelle Carol Picon, j’ai fondé ma société Be Collaborative en janvier 2018, et j’accompagne les entreprises dans la transformation de leur organisation. Je travaille sur le développement des pratiques collaboratives au sein d’une équipe, d’une organisation mais également en transversal via la mise en place et l’animation de communautés managériales. Mon objectif : développer la coopération, gagner en mobilisation et en engagement à tous les niveaux de l’entreprise : « Pour des collaborations porteuses de sens ». C’est mon activité principale en entreprise, en BtoB.

En parallèle, il y a environ un an, j’ai décidé (je l’avoue de manière anecdotique) de créer et d’animer des groupes de femmes en transformation professionnelle. J’utilise les mêmes processus d’animation de communauté et d’Intelligence Collective pour les accompagner dans la réflexion et le bilan sur leur situation professionnelle, pour les aider à traverser ces phases de transition qui sont compliquées à vivre et les amener à définir un réel projet professionnel et à s’engager dans l’action.

Cette activité qui ne devait être que ponctuelle il y a un an, est finalement devenue une autre facette de mon activité. Aujourd’hui j’accompagne des groupes qui sont sur différents niveaux de réflexion (point sur la situation professionnelle, projet professionnel identifié…). Pour moi, l’accompagnement en collectif est très puissant car c’est la force du groupe et de l’intelligence collective au service du développement de chacune. C’est pour cette raison que je me suis beaucoup retrouvée dans le fonctionnement de Bouge ta Boite et que lorsque j’ai rencontré par hasard l’équipe à Aix en Provence, je me suis dit « c’est le Réseau qui me correspond et dans lequel j’ai envie de m’investir pour développer mon business ! (…) Cette 3e aventure qui commençait était parfaitement dans la continuité de ce que je fais et ce en quoi je crois. »

Ton déclic pour lancer ton activité ?

Ce sont surtout des échanges avec des personnes que j’avais autour de moi, beaucoup de femmes. Créer ma boite ce n’était pas une fin en soi, ce que je voulais c’était essentiellement  faire des choses que j’avais au fond de moi et que j’avais envie d’exploiter. Mon intention avec ce groupe, c’était que chaque femme que j’allais accompagner se sente bien dans son activité professionnelle, épanouie et forte.

Le 8 mars 2019 j’ai fait un post sur Linkedin avec un visuel fort.

carol-picon-superpower

Je me suis dit « allez je le fais, je lance un groupe sur les femmes en transformation professionnelle ». J’ai envoyé un mail à 25 personnes de mon réseau et finalement le premier groupe a démarré comme ça. L’aventure a été riche et fabuleuse car j’ai pu partager plein de choses, les accompagner, leur permettre de faire émerger un projet ou juste retrouver de la confiance et de l’alignement et c’est une vraie satisfaction.

Quels sont tes projets pour la suite ?

C’est rigolo comme question parce que moi qui pensais ne pas être quelqu’un de créatif, je me rends compte que je suis assez créative sur des concepts, des idées, des envies et que j’aime faire et tester énormément de choses.

De formation ingénieure en informatique, je viens d’un milieu très technique et pourtant j’ai pris conscience que ce que j’aimais dans mon métier, c’était la gestion de projet, le travail en équipe, mais surtout l’humain et les relations que l’on peut créer dans un groupe. J’aimais lancer des projets, construire une équipe, l’entraîner pour avancer ensemble vers nos objectifs, tout en prenant beaucoup de plaisir.

J’aime lancer, m’investir, et une fois que ça marche, je passe à autre chose, donc il y aura sûrement autre chose derrière ! Je ne sais pas encore quoi mais je suis convaincue que c’est grâce aux rencontres humaines qu’on avance et que l’on créé de nouvelles choses. On a toutes et tous des envies, des convicitions, des approches ou des visions différentes et ce qui me plaît c’est de voir comment créer des synergies et des accroches avec les personnes qui croisent ma route.

Tu aimes crééer. C’est ce que tu as aimé dans le lancement du Cercle Bouge ta Boite de Sophia Antipolis ?

Après 18 mois d’activité, je sentais que j’avais besoin et qu’il fallait passer un cap. J’ai donc cherché un réseau qui fasse grandir mon activité et qui me porte dans mes objectifs.

En tant que nouvelle entrepreneure, je ne me sentais pas toujours à l’aise quand j’allais dans des réseaux ou des événements de type « networking ». Puis j’ai découvert Bouge ta Boite lors d’un Bouge Up découverte à Aix-en-Provence et j’ai adoré !

Il n’avait pas de cercle dans les alpes-maritimes, alors avec le soutien de l’équipe Bouge ta Boite, j’ai commencé à communiquer sur Linkedin au nom de Bouge ta Boite pour faire le buzz et attirer des personnes intéressées par un cercle sur Sophia-Antipolis.  J’ai eu beaucoup de retours et j’avoue que ce lancement a également été une mise en lumière pour moi, ça m’a permis de me connecter à des personnes auxquelles je ne pensais pas. Bouge ta Boite c’est aussi une carte d’entrée pour parler de nos activités. Au final, nous étions déjà 18 à la première réunion. J’ai été prise dans le tourbillon et je m’y suis sentie tout de suite très bien. Je suis Boosteuse depuis le mois de janvier et je suis fière de ce premier Cercle dans les Alpes Maritimes. J’aime le côté animation de groupe, la structure et l’organisation mais par-dessus tout, j’aime fédérer, mettre les gens en relation et en connexion.

cercle-btb-sophia

En quoi la crise a bouleversé ton activité ?

Je n’aurai jamais pensé qu’on soit privé ainsi de notre liberté de mouvement.

En travaillant en partie de chez moi pour mon activité, cela ne changeait pas vraiment ma façon de travailler mais c’était cette impossibilité d’avoir mes choix de mouvements qui a réellement été le plus difficile à accepter.

Professionnellement je me suis dit que j’allais également profiter de ce temps pour travailler sur ma boite et sur ce que je n’avais pas le temps de faire en temps normal.

J’ai réfléchi et proposé des nouvelles approches, j’ai digitalisé mes formations, j’ai réalisé des accompagnements à distance et finalement, j’ai décidé de les intégrer dans mes offres et de les pérenniser. C’est également ce que je conseille à mes clients : Capitaliser sur toute l’énergie que vous avez mise dans ces belles initiatives et ces nouvelles façons de travailler, faîtes-en quelque chose de pérenne pour la suite.

Avec les Bougeuses, nous avons également pris le temps de nous poser sur nos activités et nos entreprises, de mieux nous connaître et de comprendre ce que chacune faisait, comment chacune gérait la crise et de nous soutenir.

Finalement cette crise a été génératrice de prises de conscience, de peurs mais d’envies aussi… « Comment je suis en capacité de dépasser ces peurs ? ».

On apprend toujours sur soi et sur les autres.

Les initiatives de Bouge ta Boite nous ont également beaucoup aidées, en termes de soutien, de connexion et d’entraide.

Quels conseils pourrais-tu donner aux entrepreneur.e.s qui traversent cette période ?

Toujours penser à se réinventer mais en capitalisant sur tout ce qui a été fait. Ce temps de pause, on ne l’a pas forcément (…) Il faut continuer d’innover tout en capitalisant et même investir en identifiant tout ce qu’on peut déléguer. On doit se dire « oui c’est une crise, mais il faut investir sur les bon sujets ». Par exemple, je vais investir sur 3 sujets que je vais déléguer, pour arrêter de perdre du temps, sur des choses sur lesquelles je ne suis pas une experte, et pour lesquels le résultat ne sera pas celui que je veux. Car au final, le temps qui j’y consacre, je peux l’utiliser pour démarcher ou pour intervenir.

Qu’est-ce qui t’a séduite chez Bouge ta Boite ?

D’abord, c’est l’énergie qui s’en dégageait. Je dis toujours « venez le vivre ! » J’ai senti des femmes passionnées, et complètement convaincues. J’ai senti que c’était une vraie aventure humaine, des femmes qui étaient alignées sur le projet de Bouge ta Boite, qui se retrouvaient et qui portaient le réseau dans leur ADN. C’est aussi ce que je porte maintenant.

C’est le sentiment d’avoir une vraie appartenance, une vraie communauté, un réel alignement. On n’est pas là pour défendre la femme, on est là pour porter l’entrepreneuriat féminin. L’entrepreneure féminine est forte, passionnée, investie et elle a peut-être juste besoin d’être un peu « boostée » !

Comment pitches-tu Bouge ta Boite autour de toi ?

C’est un réseau Business féminin, on est là pour parler business, développer notre réseau, s’apporter des contacts, développer notre activité et se fixer des objectifs business. On travaille en petits groupes pour créer une réelle relation dans laquelle chacune apporte également ses compétences et son soutien. Les Cercles sont de 25 personnes maximum avec chacune un domaine métier différent. Les entrepreneures viennent  pour développer leur réseau mais surtout pour bien connaître les personnes et  pouvoir les recommander en toute confiance.

Bouge ta Boite, c’est bien-sûr le cercle local auquel on appartient mais c’est aussi un réseau national avec un partage et une plateforme digitale qui est hyper riche.

Quelle est la différence, selon toi, entre Bouge ta Boite et un autre réseau féminin ?

Pour moi il n’existe pas de réseau comme Bouge ta Boite. Je trouve que Bouge ta Boite a pris toutes les bonnes idées qu’on pouvait avoir dans plein de réseaux. Il y a ce côté business, se dépasser, se fixer des objectifs, être ambitieuse, avec des réunions structurées basées sur une méthodologie.

C’est un réseau qui se réinvente régulièrement. 

Un dernier mot aux entrepreneur.e.s qui te lisent ?

Si je devais dire un mot, ce serait « courage » et « confiance ».

Courage : Le parcours d’entrepreneure nécessite beaucoup de courage, de se lancer, de continuer, de passer les caps.

Confiance : Nous avons les ressources en nous. Il faut juste aller les chercher. Il faut avoir confiance en ses capacités à trouver de nouvelles solutions, il faut avoir confiance en les autres, et ne pas rester seule.

Carol Picon – Be Collaborative : http://becollaborative.fr/

Retrouvez tous les portraits et parcours d’entrepreneures dans la rubrique “Portraits

Avatar
Bouge ta Boite

Bouge ta Boite est le réseau business féminin pour gagner en stratégie, chiffre d'affaires et leadership !

Pas encore de commentaire

Les commentaires sont fermés