Portrait et parcours d’entrepreneure avec Maud Bonnouvrier, dirigeante à Paris. Elle nous raconte son parcours, ses clés de réussites, ses problématiques d’entrepreneure et ses projets pour l’avenir.

maud-bonnouvrier-entrepreneure

Ne subissez pas et décidez ! Il faut toujours décider dans la vie, tout est réalisable.

Maud, peux-tu nous raconter ton parcours d’entrepreneure ?

Je suis une entrepreneure dans l’âme depuis l’âge de mes 20 ans avec 25 ans d’expérience dans le secteur de la mode.

J’ai eu 4 sociétés à mon actif, dont une de 70 millions d’euros où je gérais 650 personnes. J’ai créé ma propre chaîne de magasins et où je dessinais, je créais et je fabriquais pour mon réseau en France.

Il y a 9 ans, j’ai décidé de revendre cette marque parce que j’avais envie de transmettre et trouver les clés de succès de mes sociétés.

J’ai toujours un site e-commerce dans la mode et je mets une méthodologie en place avec la société Action Coach, une société américaine, qui me permet d’éduquer et d’accompagner les dirigeants.

Que signifient « éduquer » et « accompagner » un dirigeant ?

Il y a vraiment une grande différence entre l’accompagnateur de dirigeant et le consultant.

Accompagner c’est être à leurs côtés pour réaliser leurs objectifs professionnels et personnels avec un plan d’actions qui est réalisable. Le consultant fait un audit sur une thématique, et n’éduque pas les dirigeants. Ce que je souhaite c’est qu’ils puissent être autonomes, formés et qu’ils reproduisent sans moi.

Un pitch métier en 1 minute ?

Je suis une personne qui aime apporter du résultat aux entrepreneurs avec énormément d’énergie à leur transmettre.

Que veux-tu transmettre aux autres entrepreneurs ?

En ayant été dirigeante, j’avais besoin d’éduquer les autres dirigeants pour qu’ils puissent mettre en place une stratégie. Être dirigeant tu ne l’apprends pas à l’école, tu l’apprends sur le terrain. Même si tu es passionné.e par ton métier, tu n’as pas de méthodologie de dirigeant et tu n’as pas de livre technique pour le devenir.

C’est un peu comme être parents, on ne te dit pas comment l’être, tu l’apprends sur le terrain.

Je veux leur donner des stratégies pour gagner du temps et qu’ils puissent obtenir le résultat souhaité dans un laps de temps bien déterminé. Je veux pouvoir donner à une personne la possibilité de se réaliser et de ne pas avoir à subir les choses.

La transmission, c’est pouvoir donner assez d’éléments et d’éducation, en fonction du tempérament et des émotions d’une personne, pour qu’elle puisse se réaliser, et se réaliser sans moi.

Ma grande réalisation c’est de me dire « il a compris, il a réussi à le mettre en place et maintenant il sait le faire ».

Par exemple, j’ai travaillé avec un client avec lequel on a réalisé en moins de 2 mois, 300 000 € de chiffre d’affaires en plus. Ces 300 000 € ont servi à mettre du recrutement en place, qui lui a donné du temps pour sa famille. En fait, la transmission c’est que des personnes heureuses se mettent à leur compte, se développent, s’épanouissent, et que ça ressurgisse aussi dans leur vie personnelle.

Qu’est-ce qu’un bon dirigeant d’entreprise ?

C’est un dirigeant qui aura une société qui sera commerciale, rentable et qui fonctionnera sans lui.

Qu’il soit le leader et non le salarié de sa propre société.

Quand on se met à notre compte, c’est justement pour se challenger d’abord soi-même, pour challenger ses équipes, pour challenger ses prestataires, son produit, et tout ce qu’on peut créer autour d’une entreprise. C’est très important de ne pas subir son entreprise mais de la décider, et du coup d’être le leader, celui qui développe et celui qui se challenge.

Qu’est-ce qu’un bon leader ?

C’est une personne qui va être très axée résultats, qui va savoir mettre dans l’ordre un plan d’actions avec des objectifs, des stratégies, des actions, tout ça accoudé à un résultat et réalisé dans un temps déterminé. C’est quelqu’un qui ne se laisse pas déborder.

As-tu connu certains freins dans ton parcours d’entrepreneure ?

Il y a déjà une différence entre penser, avoir une réflexion et faire l’action.

Quand tu créés ton entreprise, tu dois y réfléchir, avoir une vision très claire, avoir des objectifs les plus précis possible et ensuite faire un plan d’actions et le réaliser. Les dirigeants qui ont du mal à progresser sont souvent des personnes qui ont leurs propres croyantes limitantes ou leurs peurs, et qui ont du mal à les franchir parce qu’elles sont tétanisées. Ces personnes ne passent pas à l’action et donc n’ont pas de résultats.

Il faut passer par de petites étapes avec un plan d’actions réalisable, simple à comprendre, simple à réaliser, avec des succès pour se sentir plus fort et avoir au final un résultat parfait.

Ton activité a-t-elle été bouleversée pendant cette période ? Qu’as-tu mis en place ?

Le changement a été radical et brutal.

La première chose que j’ai faite c’est d’être lucide, calme et de ne pas paniquer.

La seconde a été de ne pas subir et de projeter mes propres objectifs dans mes deux sociétés.

Pour l’accompagnement de dirigeants, j’ai mis en place un accompagnement sur une année, pour pouvoir tester et mesurer toutes les solutions avec mes clients qui devaient trouver de nouvelles stratégies (nouveaux clients, chiffre d’affaires, communication…).

J’ai également mis en place des webinars via Zoom avec tout un réseau de dirigeants et avec des partenaires solides.

Sur mon site e-commerce, je vends une box « patrons » pour apprendre à faire ses vêtements que je livre à de gros distributeurs en France, comme Cultura, Mondial Tissu, Self Tissu,…

Mais je ne pouvais pas produire, livrer et réceptionner sur ma centrale. J’ai donc réadapté mon produit avec un système à distance. J’ai mis une nouvelle stratégie en place et j’ai fait muter mon produit.

Quelle leçon tirer de la crise pour les entrepreneur.e.s ?

Qu’il faut tout le temps et constamment se réadapter. Il faut éviter de paniquer. Quand il y a changement, il y a résistance et donc angoisse.

Pour casser cette résistance, il faut mettre un plan d’actions en face.

Quand tu es entrepreneur et dirigeant, tu te challenges au quotidien. Plutôt que de paniquer et de te dire « Comment je vais faire ? » dis-toi plutôt « Qu’est-ce que je vais mettre en place ? ».  Et là, tu es dans une démarche intéressante, qui va te faire progresser.

Quels conseils pourrais-tu donner aux femmes entrepreneures ?

D’abord, d’établir une vision, savoir où elles veulent aller et pourquoi elles veulent aller.

Il faut d’abord déterminer un objectif bien clair avec un facteur émotionnel assez puissant pour pouvoir se motiver.

Une fois que c’est en place, il faut prendre en compte ses angoisses, et chercher les solutions à mettre en place pour les occulter complètement.

Le second conseil serait de mettre un plan d’actions en place, déterminer ses objectifs personnels et professionnels, et les répartir dans le temps. La gestion du temps est très importante. Il faut avoir un temps efficace dans une action axée sur un résultat. En gros, ll faut que vous travailliez le moins possible en ayant le plus possible de résultats.

Il faut une vision claire sur du long terme, se poser les bonnes questions, brainstormer avec d’autres personnes, cultiver…

Pourquoi avoir rejoint le réseau Bouge ta Boite ?

Je suis une personne qui a besoin de résultats. J’avais besoin d’avoir autour de moi un réseau d’échanges et de partages, avec un lien facile et accessible.

J’ai fait pas mal de réseaux d’entrepreneurs et j’en suis arrivée à un réseau d’entrepreneurs pour femmes, non pas parce que je suis féministe ou parce que je ne considère pas l’homme dans les affaires comme étant intéressant, mais plutôt parce que je pense que nous avons une communication qui est similaire, avec des facilités de compréhension. Quand on est à notre compte, on est très performantes, on demande énormément de résultats, et on s’en tient à cela. C’est très dynamisant ! Aujourd’hui je fais partie du Cercle de Paris Opéra, qui m’apporte énormément de chiffre d’affaires. J’en ai apporté aussi énormément. Je trouve ça très intéressant, humainement et professionnellement. 

entrepreneures à paris

Qu’est-ce qui t’a séduite au départ chez Bouge ta Boite ?

La méthode et le fait d’avoir des objectifs. 

J’ai senti Marie Eloy très investie dans ce projet. J’avais vraiment envie de la soutenir, aussi. Le premier Cercle dans lequel on a démarré, on l’a construit ensemble. On était tout de suite 4 métiers, 4 filles liées. On a communiqué immédiatement de manière fluide et en même pas 4 mois je faisais 7000 € de chiffre d’affaires. 

C’était juste une évidence pour moi.

Comment pitches-tu Bouge ta Boite autour de toi ?

Par le résultat. J’ai une stratégie commerciale qui n’est pas de vendre un produit, ni d’expliquer un produit mais de montrer un résultat.

Je donne les critères de notre Cercle : dynamique, entraide, on fait du chiffre d’affaires, on aime évoluer, se challenger et avoir de nouveaux sujets.

Par exemple, on a décidé de louer une maison toutes ensemble, pendant 2 jours. Chacune va faire un atelier professionnel pour bien comprendre le métier de chacune. Au-delà de ça il y aura une nutritionniste qui va nous faire les menus. On essaye d’être force de propositions dans ce Cercle, pour que justement ça ne soit pas qu’un réseau d’entrepreneures mais qu’il apporte énormément à chacune.

Nous avons aussi pour projet de faire un Afterwork sur Paris, façon speed-dating. Nos réseaux sont vastes et on aimerait regrouper toutes les personnes de nos réseaux pour qu’il y ait des connexions.

C’est quoi être Bougeuse ?

Un des premiers critères est de savoir donner avant de recevoir c’est-à-dire prendre le temps de rencontrer des personnes de ton Cercle en extérieur, parce que c’est là vraiment que tu construis le lien professionnel et le lien émotionnel. Quand tu prends le temps de comprendre ce qui se passe dans les autres métiers, tu deviens un meilleur prescripteur pour elles.

Ensuite, participer au Cercle en invitant des personnes à vouloir s’inscrire, et apporter de vrais outils au Cercle.

Qu’avez-vous mis en place pendant le confinement ?

Pendant le confinement on a tout de suite commencé par faire nos réunions en visio pour ne rater aucun rendez-vous !

La première réunion était plutôt orientée par rapport à cette interdiction de sortir, cette interdiction de pouvoir développer nos entreprises et rencontrer d’autres personnes.

Mais vite nous nous sommes repositionnées avec une nouvelle méthodologie : nous avons mis des stratégies en place par rapport à « qu’est-ce que vous vivez aujourd’hui ? Qu’est-ce que vous souhaitez développer et comment vous allez le mettre en place ? »

Il fallait réfléchir à comment rebondir, après.

entrepreneures paris confinement

Tes objectifs professionnels pour la suite ?

J’ai travaillé énormément dans ma vie. Aujourd’hui ma priorité, c’est ma famille. Mon objectif est que mes deux entreprises soient commerciales, rentables, et qu’elles fonctionnent sans moi.

J’automatise donc énormément de choses. J’adore développer, je mets mon énergie dans du développement, et je travaille sur du développement. Je ne travaille pas sur des choses qui sont déjà pré-établies.

Mon site dans la mode est automatisé parce que mes produits partent directement en produits dématérialisés, et je créé une école de modélisme pour que je puisse mettre tout mon savoir en vidéos.

Automatiser les choses permet que l’entreprise fonctionne sans moi et que cette méthode puisse être dupliquée. Une fois qu’elle est faite, qu’elle fonctionne et qu’elle est testée et mesurée, je la duplique. Donc tout est automatisé.

Une devise pour tou.te.s les entrepreneur.e.s ?

« Ne subissez pas et décidez ! »

Il faut toujours décider dans la vie, tout est réalisable. Vous êtes votre propre limite. Ne répondez pas à la place des autres, posez des questions, communiquez, challengez-vous, mettez-vous des objectifs intéressants et motivants et après ce sera de la réflexion pour un plan d’actions, du test et de la mesure. Si vous fonctionnez comme ça, tout est réalisable !

Pour en savoir plus sur Maud Bonnouvrier : https://www.madeinmecouture.com/

Retrouvez tous les autres portraits des entrepreneurEs de Bouge ta Boite dans la rubrique “Portraits“.

Avatar
Bouge ta Boite

Bouge ta Boite est le réseau business féminin pour gagner en stratégie, chiffre d'affaires et leadership !

Pas encore de commentaire

Les commentaires sont fermés